Une montagne dans la mer

25/10/19

Forte d’une nature resplendissante qui ignore le tourisme de masse concentré sur ses plages, la plus grande île des Baléares se projette désormais en laboratoire du développement durable.

C’est à Majorque que le développement touristique des Baléares a été le plus précoce et le plus spectaculaire, apportant la prospérité mais entraînant aussi des déséquilibres. Il a même donné naissance au fameux concept de « baléarisation ». Ici, encore, qu’ont débuté les groupes hôteliers Barcelo, Iberostar, Melia, Rui...

Ils sont aujourd’hui en première ligne pour imaginer le futur d’une destination « mature ». Car depuis une vingtaine d’années, Majorque se transforme pour répondre aux exigences d’une nouvelle clientèle, entre montée en gamme, allongement de la saison et gestion plus responsable des ressources.

En avril, la fondation Impulsa Balears a d’ailleurs signé un accord avec l’Organisation mondiale du tourisme, visant à faire de l’archipel un laboratoire du tourisme durable. Et les habitants bataillent pour limiter les nuisances des paquebots, alors que 500 d’entre eux y jettent l’ancre chaque année.

Depuis son « lancement » par George Sand au milieu du xixe siècle, Majorque a connu plusieurs vies. Mais ses fondamentaux sont restés les mêmes : une nature splendide, des eaux cristallines, une magnifique capitale et de jolis villages.

Le MICE en profite pleinement, appréciant aussi une gastronomie inspirée par les produits du terroir, des traditions populaires revivifiées et une hospitalité généreuse. Parmi les nouvelles tendances, quelques Sea Clubs renouvellent la façon de profiter de la mer. Ainsi Mhares, qui doit son nom à d’anciennes carrières de pierre devenues des piscines naturelles, décor soigné et ambiance décontractée.

En tournant le dos aux plages saturées, on redécouvre une île verte et trendy !

Contactez-nous


Nous aurons le plaisir de vous renseigner

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.